Monday, March 21, 2016

Que deviendra le livonien?

by Eric Becker

Eric Becker is a graduate student in French Linguistics at the University of Illinois. He is planning on continuing his work towards his Masters and is interested in minority languages in Europe. He wrote this text as a student enrolled in FR 418 ‘Language and Minorities in Europe’.

Image Source
La situation de la langue live, ou le livonien comme on y réfère dans certains contextes, est précaire : la langue est « en situation critique » d’extinction selon l’UNESCO. La dernière locutrice de cette langue finno-ougrienne proche du finnois et de l’estonien, Grizelda Kristiņa, est morte en 2013 au Canada. Sans aucun locuteur natif, que deviendra la langue live ?

Le livonien appartient à la branche fennique des langues finno-ougriennes, mais il était influencé aussi par les langues baltiques et slaves. Le livonien est parlé en Livonie, une région de Lettonie située à la pointe nord de la Courlande sur une péninsule dans le Golfe de Riga. Le livonien est donc classé comme dialecte intermédiaire entre les dialectes oriental et occidental du Golfe de Riga (l’orthographe est basée sur le dialecte oriental). Le livonien est la langue traditionnelle du peuple live. En 2011 selon le recensement letton, 250 personnes d’héritage letton vivaient en Lettonie, dont 40 locuteurs du livonien.

"liivi keel" by Jukka is licensed under GNU Free Documentation License
Le livonien, la langue maternelle de moins de 2000 locuteurs au XVIII siècle, jouit d’une renaissance pendant la première indépendance de la Lettonie de 1918 à 1940. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, les Soviétiques et les Nazis avaient écrasé le renouveau du livonien et des autres langues des pays baltes : le lituanien, le letton, et l’estonien. Le peuple live avait été chassé de ses terres ancestrales pendant deux invasions par les Soviétiques en 1940 et les Nazis en 1941. C’étaient les Soviétiques qui ont possédé le territoire jusqu'à l’indépendance de la Lettonie en 1991. Dans tous les pays baltes, un processus de russification a laissé son empreinte sur les langues locales de la population. Après l’indépendance, la Lettonie a déclaré le territoire ancestral live un territoire protégé, mais bien que la république fût bien intentionnée, la langue live est arrivée à un point de non-retour.

Grizelda Kristiņa, la dernière locutrice parlant livonien comme langue maternelle, a aidé les chercheurs travaillant sur les langues moribondes à archiver sa langue. Elle a écrit un manuel de live et une collection de poèmes en live. Jusqu'à sa mort, Kristiņa écrivait des poèmes en livonien afin d’archiver toutes les traces de la langue désormais moribonde.

Le Notre Père en livonien et en estonien : 

En livonien occidental:
Mạd iza 
Mạd iza, kis sa vuod touvis!
pǖvātộd las sig sin nim.
Las tugộ sin vạlikštộks,
sin mēľ las sugūg kui touvis nei ka mạ pạ'l.
Mạd jega pạvvist leibộ ạuda mạdộn tạmpộ.
Un jeta mạdộn mạd vǖlgsd,
kui ka meig jetām ummo vǖlgaloston.
Un ạla ū meidi k'ertāmiz sizộl,
aga pạsta meidi jera siest kunēsst.
Amen.

En livonien oriental:
Mạd touvộ iza
Mạd touvộ iza, pụvštộd sọgộ sin nim;
sin vọlikšộmi las tulgộ mạd jūrộ;
sin tọmi las sugūg mọ pǟlộ nei īš kwi touvộs.
Mạd pạvviz touitộg ānda mạdộn tạmpộ.
Un lask jara mạdộn mạd sūd nei
kui mēg eńtš sǖlistộn nānt sǖd jara laskūm.
Un ạla laskộ sima meidi ańtš jūste jara saddộ;
pạsta meidi amást ạb jộvast.
Amen.

Estonien:
Meie Isa
Meie Isa, kes Sa oled taevas!
Pühitsetud olgu Sinu nimi. Sinu riik tulgu.
Sinu tahtmine sündigu nagu taevas, nõnda ka maa peal.
Meie igapäevast leiba anna meile tänapäev.
Ja anna meile andeks meie võlad,
nagu meiegi andeks anname oma võlglastele.
Ja ära saada meid kiusatusse, vaid päästa meid ära kurjast.
Sest Sinu päralt on riik ja vägi ja au igavesti.
Aamen.

Mais l’histoire n’est pas terminée, car on assiste à l’heure actuelle à la résurrection du livonien grâce aux locuteurs lettons et estoniens qui, dans le cadre d’un projet qui a duré quatre décennies, ont créé d’un dictionnaire livonien-estonien-letton (image ci-dessous). En 2012 le président de l’Estonie, Toomas Hendrik Ilves, a insisté sur le soutien du gouvernement letton: 
« It is the obligation and responsibility of free and democratic societies to stand up for smaller cultures giving them the courage to survive and develop. The long-awaited Livonian-Estonian-Latvian dictionary removes the barriers that so far existed between the Livonian and the Estonian and Latvian languages. Thus, this dictionary can be described as a new-era Livonian civic center erected in the 21st century, which confirms that the Livonians are carefully preserving their roots and bringing back what appeared to be on the brink of vanishing. »
Ce dictionnaire était le premier ouvrage de ce type en Lettonie et Estonie, puisque les deux autres dictionnaires imprimés étaient publiés par en Russie (1861) et en Finlande (1938).

Image Source
Malgré le fait que le livonien et le letton appartiennent à deux familles de langues différents et les locuteurs lettons ne comprennent pas cette langue de Lettonie, les Lettons sont intéressés à la langue. Dans un article de dw.de, il est noté par Zoja Silje, professeur de langues, que « …some young people even think it's hip to send each other text messages in Livonian ». Dw.de mentionne aussi un groupe de jeunes à Riga qui a comme but de continuer à parler et à préserver le livonien. Quelques-uns parmi eux ont appris la langue de leurs grands-parents, mais après la mort de leurs ancêtres, ils n’avaient plus aucune autre manière de s’exercer à parler la langue. Pour mieux comprendre le renouveau que ces jeunes essaient de promouvoir, je cite Beate, âgée de 17 ans, qui explique  l’importance de promouvoir cette langue moribonde: « If you learn Livonian and not Spanish, the Livonians won't die… I will know it and teach it to my children ». Valts Ernstreits, professeur de livonien en Lettonie, nous également que pour les Lettons, l’histoire live est plus ancienne que celle de leur pays actuel, la Lettonie. S’identifier avec cette langue moribonde signifie donc l’attachement à une identité bien ancrée dans l’histoire baltique ancestrale.

Grâce à ces efforts, le gouvernement de la Lettonie a reconnu la langue live comme une langue autochtone et il soutient les efforts de la petite communauté du livonien. Si on pose la question à Ernstreits de savoir si, un jour, les Lettons arriveront à préserver le livonien, il va dire : « It is basically too late now to preserve the language ». Mais selon Silje qui reconnaît la langue comme une langue ancestrale de sa famille, le livonien va survivre d’une façon ou d’une autre. L’avenir seul nous dira ce que deviendra le livonien.

Références

Charter, D. (2013, June 5). Death of a language: Last ever speaker of Livonian passes away aged 103. The Times. Retrieved March 18, 2015.

Estonian president acknowledges Latvian government's support for Livonian dictionary. (2012, September 14). Baltic News Service. Retrieved March 18, 2015.

Spector, M. (1997, December 4). Baltic's Onetime Rulers Have Shrunk to a Handful. New York Times. Retrieved March 18, 2015.

Wolters, C. (2007, June 6). Keeping Livonian -- Latvia's Lesser Known Language -- Alive. Retrieved March 18, 2015, from http://dw.de/p/Ax8J

0 comments:

Post a Comment

The moderators of the Linguis Europae blog reserve the right to delete any comments that they deem inappropriate. This may include, but is not limited to, spam, racist or disrespectful comments about other cultures/groups or directed at other commenters, and explicit language.